Qu’est ce que l’Océanographie ?

Sommaire +
  1. I.Introduction
  2. II.Océanographie – Présentation
  3. III.Quelques principes d'océanographie
  4. IV.Quelques missions océanographiques
  5. V.Le métier d'océanographe
  6. VI.Glossaire

V. b. 10. Quels sont vos souhaits pour l’avenir de votre discipline ?

Thierry Moutin
dt_oceano_thumb_moutin

Qu’on continue à pouvoir faire des campagnes océanographiques. Cela me paraît indispensable de travailler sur le terrain et d’avoir les moyens de travailler sans que cela soit trop compliqué. Mon souhait, c’est vraiment que les choses deviennent plus simples. Pour l’organisation des campagnes à la mer, le collègue avec qui j’organise la mission BOUM (Louis Prieur) qui est proche de la retraite et a beaucoup d’expérience, m’a dit que pour la première campagne qu’il avait organisée, il avait envoyé un document de deux ou trois pages. Moi, j’en suis à mon troisième rapport de deux cents pages ! Même s’il y a sûrement une raison à cela, ça devient vraiment compliqué. Mon principal souhait est que l’on passe moins de temps à chercher de l’argent et plus de temps à faire de la Science !

Jozée Sarrazin
dt_oceano_thumb_sarrazin

Que l’on continue à faire de la recherche sur les grands fonds. C’est essentiel car on va vers une aire d’exploitation des ressources profondes alors qu’on est encore dans la recherche fondamentale qui est indispensable. On ne peut pas déjà exploiter des écosystèmes dont on ne connaît encore presque rien…Surtout, qu’au cours des trente dernières années, on s’est rendu compte que le paysage des abysses était bien différent de l’image que l’on s’en faisait. Au lieu d’un désert, on sait maintenant que les fonds marins abritent une mosaïque d’habitats, une diversité de modes de vie, d’adaptations… imaginez que l’on ait tout exploité avant de faire cette découverte… Et puis, c’est un milieu qui fait encore rêver bien des Hommes…

Pierre-Marie Sarradin
dt_oceano_thumb_sarradin

Que l’on arrive à trouver des financements un peu plus facilement. Cela permettrait de repartir sur la « paillasse », de ne pas se transformer simplement en chercheur de budget et de pouvoir continuer à travailler sur le terrain, comme nous avons la chance de le faire dans notre travail.

Lucien Laubier
dt_oceano_thumb_laubier

Que l’écologie soit vraiment une science reconnue. On a souffert de l’amalgame fait entre écologue et écologiste (politique). C’est encore quelque chose de vrai aujourd’hui, même à l’Académie des sciences, je ressens cela, comme si l’inventaire des espèces marines était moins important que d’autres recherches…