Qu’est ce que l’Océanographie ?

Sommaire +
  1. I.Introduction
  2. II.Océanographie – Présentation
  3. III.Quelques principes d'océanographie
  4. IV.Quelques missions océanographiques
  5. V.Le métier d'océanographe
  6. VI.Glossaire

IV. a. 1re campagne océanographique moderne : la campagne multidisciplinaire du HMS Challenger

21 décembre 1872 : début de la 1ère campagne d’exploration des fonds marins.

dt_oceano_0128A la fin du 19e siècle, les scientifiques se posent deux questions concernant l’océan profond : jusqu’à quelle profondeur la vie est-elle possible ? Les abysses sont-elles le refuge d’espèces que l’on croyait disparues depuis la fin du secondaire ?

Pour répondre à ces interrogations, les anglais organisent la 1re grande campagne d’exploration des fonds marins soutenue par le Circumnavigation Committee de la Royal Society et menée par le professeur Charles Wyville Thomson. Son étudiant canadien John Murray (1841-1914) le secondait. C’est ce dernier qui prit la succession de Thomson pour l’étude des collections issues de l’expédition et pour la publication des résultats. En effet, Thomson, tombé gravement malade au retour de l’expédition, décéda en 1879.

Le 21 décembre 1872, la corvette HMS (Her Majesty’s Ship) Challenger quitte Portsmouth avec à son bord 23 officiers, 243 hommes d’équipage et 5 scientifiques, le navire sera de retour le 24 mai 1876. En l’espace de 3 ans et demi, le navire anglais sillonne toutes les mers du globe, parcourant ainsi 69 000 miles nautiques (l’équivalent de 130 000 km), soit 3 fois le tour du globe !

Des animaux sont récoltés jusqu’à 5 500 mètres, et la plus grande profondeur est mesurée à 8 000 mètres. Challenger donne réellement le coup d’envoi de l’océanographie moderne : rationalisation des méthodes de prélèvement et mise en place de nouveaux protocoles scientifiques.

dt_oceano_0130Une réponse est donnée à l’une des deux questions fondamentales de la campagne : la vie existe jusqu’à 5 500 mètres et il n’y a donc pas de limite. Concernant la deuxième question, il faudra attendre plus d’un siècle et de nouvelles découvertes pour que de nombreux fossiles vivants soient trouvés…

Même si les interrogations principales auxquelles va tenter de répondre l’expédition concernent la biologie marine, les scientifiques purent aussi se livrer à des études dans divers domaines de l’océanographie : géophysique*, topographie*, météorologie*, zoologie*, botanique*. Un matériel important avait été emmené à bord et les cales du navire, transformées en laboratoires.

Plus de 50 ans seront nécessaires à une centaine de naturalistes et de géologues pour dépouiller la matière recueillie lors de l’expédition Challenger : on répertorie plus de 4 000 nouvelles espèces et les cartes des fonds marins sont bouleversées, en particulier par les indices de la présence d’une dorsale dans l’océan Atlantique.