Archives – L’Echo des abysses

Année 2018

Un calmar
20/04/2018
Vidéo : « Le calamar le plus bizarre que j’ai jamais vu… » Un calamar à la forme bizarre vient d'être filmé, à 850 mètres de profondeur, par l'équipe américaine de l'institut Océanographique NOAA dans le Golfe du Me...

Un calamar à la forme bizarre vient d’être filmé, à 850 mètres de profondeur, par l’équipe américaine de l’institut Océanographique NOAA dans le Golfe du Mexique.

Selon le spécialiste présent à bord, c’est le calamar le plus bizarre que j’ai jamais vu : avec ses bras repliés, il ne ressemble plus du tout à un calamar. Il est peut-être dans une position défensive.

L’espèce reste pour l’instant non identifiée…

Source : NOAA Office of Ocean Exploration and Research, Gulf of Mexico 2018  https://youtu.be/_zOHKSzH4OQ

Lire la suite
Partenariat de Nintendo et du JAMSTEC pour Splatoon 2 © Nintendo/JAMSTEC
04/04/2018
Nintendo et Jamsteeec Nintendo, concepteur de jeux vidéo, vient de conclure un partenariat avec l'Institut océanographique japonais JAMSTEC. Objectif : proposer un...

Nintendo, concepteur de jeux vidéo, vient de conclure un partenariat avec l’Institut océanographique japonais JAMSTEC.

Objectif : proposer une version de Splatoon 2* sous la mer (pour l’instant il s’agit d’une version disponible exclusivement au Japon) : son nom « Jamsteeec » ! 

Splatoon 2 est un jeu de tir où les équipes de joueurs s’affrontent pour recouvrir, dans un temps imparti, un maximum de surface avec leur encre colorée. L‘équipe gagnante est celle qui possède le plus grand territoire encré.

Les joueurs peuvent d’ores et déjà personnaliser leur tenue avec un casque d’océanographe inspiré de celui porté par les équipes du JAMSTEC et découvrir les abysses tout en s’amusant ! Les joueurs peuvent ainsi personnaliser leur tenue avec un casque d'océanographe inspiré de celui porté par les équipes du JAMSTEC. © Nintendo/JAMSTEC Les 21 et 22 avril prochain, les joueurs japonais sont d’ailleurs invités à participer à un festival spécial Splatoon 2 pour choisir leurs options favorites : découvrir des créatures marines inconnues ou piloter des engins de plongée innovants…

Partenariat de Nintendo et du JAMSTEC pour Splatoon 2 © Nintendo/JAMSTECPartenariat de Nintendo et du JAMSTEC pour Splatoon 2 © Nintendo/JAMSTEC Découvrez la page spéciale (en japonais) du Jamsteeec en cliquant ici

*sur Nintendo Switch ™

Lire la suite
03/04/2018
Décès de Pierre Willm, le père du bathyscaphe Archimède C'est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de M. Pierre Willm, ingénieur concepteur du bathyscaphe Archimède, survenue...

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de M. Pierre Willm, ingénieur concepteur du bathyscaphe Archimèdesurvenue le 28 mars dans sa 92e année.

Nous partageons la peine de sa famille et de ses amis et leur exprimons nos très sincères condoléances.

Pierre Willm était l’ingénieur concepteur des  bathyscaphes FNRS III – qui a accompli 57 plongées scientifiques entre 1954 à 1961 – et de l‘Archimède qui participera jusqu’en 1974 à de nombreuses campagnes océanographiques (FAMOUS…).

Le 15 juillet 1962, il atteint, avec Georges Houot, la profondeur de 9 200 mètres à bord du bathyscaphe Archimède. Un record immortalisé au sein de notre mur des Explorateurs des Abysses.

Pierre Willm fait partie de cette poignée d’hommes et de femmes qui ont su braver les craintes ancestrales des abysses, ouvrant les portes d’un nouveau monde à l’Humanité et écrivant les premiers chapitres de l’histoire contemporaine de l’aventure de l’homme sous la mer.

Il nous avait fait l’amitié de participer à plusieurs soirées grand public sur l’histoire de l’exploration sous-marine et de la fantastique « aventure française » dont il était l’un des représentants et des pionniers.

Cliquez ici pour découvrir le portrait de Pierre Willm

Lire la suite
Une lotte de mer épineuse filmée pour la première fois avec un mâle accrochée à son flanc © Fondation Rebikoff-Niggeler
29/03/2018
Vidéo inédite : une lotte de mer épineuse filmée avec son petit compagnon C'est une date à marquer d'une pierre blanche dans l'exploration des abysses. Pour la 1re fois, une lotte de mer épineuse femelle a été filmée avec ...

C’est une date à marquer d’une pierre blanche dans l’exploration des abysses. Pour la 1re fois, une lotte de mer épineuse femelle a été filmée avec accrochée à son flanc un mâle.

Dans les abysses, les rencontres sont hasardeuses. Cette espèce a résolu ce problème en gardant son mâle accroché à elle.

Ce dernier est beaucoup plus petit, mesurant environ 3 cm de longueur contre 16 cm pour la femelle.

Une fusion des tissus et des vaisseaux sanguins s’opère entre le mâle et la femelle. Progressivement le corps du mâle se réduit à sa seule fonction : fabriquer des spermatozoïdes.

Source : Science Magazine

Ce couple a été filmée à 800 mètres de profondeur au large de l‘île São Jorge (Açores) dans l’océan Atlantique Nord.

Ce sont les chercheurs Kirsten et Joachim Jakobsen qui ont fait cette étonnante rencontre à bord du sous-marin LULA1000 de la Fondation Rebikoff-Niggeler .

La lotte de mer épineuse (de son petit nom scientifique Caulophryne jordani) poisson possède de multiples filaments sensitifs qui lui permettent de détecter les moindres vibrations.

Elle ne remonte jamais à la surface, vivant entre 700 et 3 000 mètres de profondeur.

Pour chasser : elle reste immobile à l’affût, utilisant son leurre bioluminescent, situé au niveau de sa bouche, pour attirer ses proies.

Lire la suite
Un requin du Groenland femelle photographiée à proximité d'Arctic Bay, un hameau inuit canadien situé au Nunavut © Brynn Devine
23/03/2018
Une vidéo inédite d’un requin du Groenland ! Espèce jusque-là insaisissable, un requin du Groenland a été filmé dans l'océan Arctique canadien par une équipe de chercheurs de l'Université Mémorial de T...

Espèce jusque-là insaisissable, un requin du Groenland a été filmé dans l’océan Arctique canadien par une équipe de chercheurs de lUniversité Mémorial de Terre-Neuve.

C’est l’une des espèces marines les plus grandes et les plus anciennes de la planète : elle peut mesurer jusqu’à 7 mètres et vivre plus de 400 ans !

Ce poisson, qui préfère les eaux profondes et froides des océans Arctique et Atlantique Nord, reste encore largement méconnu !

Surnommé « dormeur du Groenland » en raison de sa lenteur de déplacement, il est malgré tout l’un des principaux prédateurs de l’Arctique.

Lire la suite
Huître © http://fr.freeimages.com/
16/03/2018
Lutte contre le cancer : une chercheuse s’intéresse à l’huître… Quel est le rapport entre l'Homme et une huître creuse ? Rien à priori... et pourtant nous avons bien une chose en commun : le phénomène de développem...
Quel est le rapport entre l’Homme et une huître creuse ? Rien à priori… et pourtant nous avons bien une chose en commun : le phénomène de développement cellulaire responsable de la croissance des cancers (également appelé effet Warburg).
Il est pour le moment irréversible chez l’homme. Mais l’huître creuse, elle, parviendrait à le contrôler …
C’est ce qu’essaye de décrypter Charlotte Corporeau, au sein de l‘Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer), avec le soutien de la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer.
En laboratoire, Charlotte Corporeau a ainsi démontré qu’un stress de température bloque le déclenchement de l’effet Warburg chez l’huître creuse.
Il lui faut maintenant vérifier tout cela dans la nature. Direction donc la rade de Brest pour déterminer, in situ, dans quelles conditions de température l’huître active ou désactive l’effet Warburg.

« Les recherches sur l’huître menées par Charlotte Corporeau pourraient ouvrir des pistes inexplorées afin de trouver de nouvelles cibles thérapeutiques » souligne François Dupré, directeur général de la Fondation ARC

Prochainement, Charlotte Corporeau complétera son travail grâce des capteurs de température miniaturisés directement implantés dans certaines huîtres (une première !), lui permettant ainsi d’obtenir des mesures toutes les minute durant toute l’année.

Lire la suite
14/03/2018
À quoi ressemble le monde à travers les yeux d’une baleine ? Pour la première fois, en Antarctique, des scientifiques, avec l'aide du WWF, ont fixé (de manière temporaire) une caméra sur le dos d'une baleine d...

Pour la première fois, en Antarctique, des scientifiques, avec l’aide du WWF, ont fixé (de manière temporaire) une caméra sur le dos d’une baleine de Minke (ou petit rorqual), une espèce qui reste très méconnue.

Avec ses 8 à 9 mètres de long, c’est la seconde plus petite espèce de baleine au monde. Les chercheurs sont particulièrement intéressés par la façon dont elle se nourrit et se déplace.

Saviez-vous que cette espèce a parfois été vue au large des côtes normandes… mais cela reste très très exceptionnel ! À vos jumelles !

 

Toutes ces recherches permettront d’identifier les zones de vie et d’alimentation privilégiées par le petit rorqual, avec pour objectif la mise en place d’une aire marine protégée en Antarctique.

Pour en savoir plus sur les mammifères marins des côtes de la Manche, téléchargez le livret du Groupe d’Études des Cétacés du Cotentin

Lire la suite
Seahorse Density © Shane Gross/UPY 2018 - Macro winner
14/02/2018
Les meilleures photos sous-marines 2018 ! Le palmarès annuel du Festival international de la photographie sous-marine vient de tomber ! Il récompense les photographes les plus tal...

Il récompense les photographes les plus talentueux de l’année 2018. Parmi eux, le français Greg Lecoeur avec sa baleine à bosse, agent secret !

Humpback whale spy hopping © Greg Lecoeur/UPY 2018 - Wide angle winner

Humpback whale spy hopping © Greg Lecoeur/UPY 2018 – Wide angle winner

Greg Lecoeur raconte : Chaque année, je me rends sur l’île de Tonga, avec un petit groupe de passionnés, pour photographier les baleines à bosse. C’est l’un des meilleurs endroits pour interagir avec les baleines dans l’eau. Cette année a été très spéciale, c’est l’un de mes meilleurs moments en tant que photographe sous-marin ! Les baleines étaient très curieuses et enjouées, elles venaient très près de nous comme pour nous espionner !

Elles pèsent plusieurs dizaines de tonnes mais elles ont montré une agilité et une puissance incroyables en se tenant verticalement dans l’eau. C’était très impressionnant et spectaculaire ! Nous ressentions en même temps la puissance de la nature et un grand sentiment de douceur !

Parmi les autres gagnants :

  • Dans la catégorie Macro : les hippocampes du canadien Shane Gross

Photographier 3 hippocampes en même temps était un vrai cadeau ! J’ai attendu qu’ils se tournent pour ne voir que leur silhouette. Le soleil se couchait, le plancton commençait vraiment à s’accumuler… Quand j’ai vu que les hippocampes avaient eu leur ration (de plancton), je me suis dit : ils sont détendus, je peux prendre ma photo !

Seahorse Density © Shane Gross/UPY 2018 - Macro winnerr

Seahorse Density © Shane Gross/UPY 2018 – Macro winnerr

  • Le formidable portrait d’un requin-taureau pris par l’américaine Tanya Houppermans

Alors que je nageais lentement au milieu de ces millions de minuscules poissons, j’ai levé les yeux et j’ai remarqué un requin-taureau quelques mètres au-dessus de moi. C’est l’une des expériences les plus incroyables que j’ai jamais eu en tant que photographe sous-marin !

A sand tiger shark surrounded by tiny bait fish © Tanya Houppermans / UPY 2018 - Portrait winner

A sand tiger shark surrounded by tiny bait fish © Tanya Houppermans / UPY 2018 – Portrait winner

  • Rugir du malaisien Man BD avec, gueule ouverte, une impressionnante murène menaçant 2 limaces de mer…

Photographier à la fois des limaces et une murène a été une double surprise pour moi… Il m’a fallu environ 30 minutes pour obtenir ce cliché mais cela en valait la peine !

ROAR © Man BD/UPY 2018 - Up & coming winner

ROAR © Man BD/UPY 2018 – Up & coming winner

Lire la suite
Sources hydrothermales sur la ride médio-atlantique (TAG et Snake Pit) © Ifremer-Biscose 2Sources hydrothermales sur la ride médio-atlantique (TAG et Snake Pit) © Ifremer-Biscose 2
07/02/2018
Le Nautile explore les sources chaudes au milieu de l’océan Atlantique Nouvelle expédition à bord du navire de recherche français Pourquoi pas ? au milieu de l'océan Atlantique.  Objectif : explorer à plus de 3 500 mètr...

Nouvelle expédition à bord du navire de recherche français Pourquoi pas ? au milieu de l’océan Atlantique. 

Objectif : explorer à plus de 3 500 mètres de fond les organismes vivants autour de 2 sources chaudes sous-marines.

Les équipes de de scientifiques coordonnées par l’Ifremer viennent d’arriver sur zone, au milieu de l’océan Atlantique à mi-chemin entre les Antilles et les Canaries.

Ils vont explorer, à bord du sous-marin Nautile, deux sites hydrothermaux situés sur la ride médio-Atlantique, une chaîne de montagnes volcaniques qui traverse le milieu de l’océan Atlantique :

  • Snake Pit (la fosse aux serpents) qui s’étend sur près de 15 000 m2 (l’équivalent de 2 stades de foot).
  • TAG, apparu il y a environ 50 000 ans, et qui couvre une surface de près de 20 000 m2 (l’équivalent de 3 stades de foot) !

logo Vidéo Le site hydrothermal TAG se situe à 3 600 mètres de profondeur au milieu de l’océan Atlantique © Georges Luther, Univ. Delaware/NSF/ROV Jason 2012 – WHOI

Le sous-marin habité Nautile effectuera un peu moins d’une trentaine de plongées pour réaliser, entre autres, des prélèvements de crevettes ou de moules grâce à son aspirateur à faune.

Ces animaux qui ne peuvent survivre à la pression en surface seront placés dans des aquariums spécialement conçus.

Mise à l'eau du Nautile © Ifremer

Mise à l’eau du Nautile © Ifremer

La campagne Bicose 2 s’achèvera le 11 mars prochain, elle fait suite à une 1re expédition menée en 2014.

Ces campagnes d’exploration permettent aux chercheurs :

  • de mieux comprendre l’origine possible de la vie sur Terre au travers d’écosystèmes méconnus ;
  • d’ouvrir la voie à l’étude de nouvelles molécules d’intérêt économique et sociétal (enzymes, médicaments ou antibiotiques par exemple).

Suivez le blog de la campagne en cliquant ici

Lire la suite
Une danseuse espagnole abyssale Enypniastes eximia © NOAA Office of Ocean Exploration and Research, Gulf of Mexico 2017. Une danseuse espagnole abyssale Enypniastes eximia © NOAA Office of Ocean Exploration and Research, Gulf of Mexico 2017.
05/01/2018
Vidéo : Un surprenant « poulet sans tête » filmé dans les abysses Ce concombre de mer nageur a été filmé dans le golfe du Mexique par un robot sous-marin. On le surnomme danseuse espagnole abyssale ou monstr...

Ce concombre de mer nageur a été filmé dans le golfe du Mexique par un robot sous-marin.

On le surnomme danseuse espagnole abyssale ou monstrueux poulet sans tête ! Son petit nom scientifique : Enypniastes eximia

Il ondule lentement et gracieusement dans l’eau, évoluant entre 500 et 5 000 m de profondeur !

Video courtesy of the NOAA Office of Ocean Exploration and Research, Gulf of Mexico 2017.

Sa texture translucide laisse entrevoir son tube digestif qui trie le sédiment ingurgité pour en retenir les particules alimentaires.

Ce petit animal (il mesure 35 cm maximum) dispose d’un mécanisme de défense peu commun : lorsqu’il est houspillé par un intrus, sa peau granuleuse s’illumine et se détache pour adhérer au museau de l’agresseur.

Affublé d’un masque collant et bioluminescent dont il ne peut se dépêtrer, le prédateur devient alors plus vulnérable.

Lire la suite