L’Echo des abysses

Immersion virtuelle sur la cheminée hydrothermale Tour Eiffel située sur le site de Lucky Strike © Ifremer
15/07/2019
Plongée virtuelle sur la source hydrothermale « Tour Eiffel » avec Ifremer ! L?Ifremer (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer) vous invite à découvrir une des sources hydrothermales du site Lucky Stri...

L’Ifremer (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer) vous invite à découvrir une des sources hydrothermales du site Lucky Strike grâce à une plongée virtuelle 360° !

Plongez avec l’équipage du sous-marin (fictif) Astria à 1 700 mètres de profondeur au milieu de l’Atlantique !

Vous découvrirez la source hydrothermale Tour Eiffel, d’où sort une eau chauffée à 350°C, mais aussi  « l’oasis de vie » qui y règne.

« La reconstruction 3D du site hydrothermal  été réalisée grâce à la cartographie optique, une méthode qui consiste à utiliser un ensemble d’images géo-référencées afin de fournir une vision réaliste de la scène. » précise l’Ifremer.

Ces images proviennent de la campagne océanographique MOMARSAT, réalisée en avril 2015 sur la dorsale médio-atlantique.

Le site de Lucky Strike se situe sur la dorsale Médio-Atlantique, à 1 700 mètres de profondeur

Le site de Lucky Strike se situe sur la dorsale Médio-Atlantique, à 1 700 mètres de profondeur

La caméra principale haute définition du ROV Victor 6000 avait en effet réalisé des images du site hydrothermal Lucky Strike.

Cheminées hydrothermales sur le site de Lucky Strike © Ifremer/ Momar 2008

Cheminées hydrothermales sur le site de Lucky Strike © Ifremer/ Momar 2008

En décembre 2015, les techniques et algorithmes de reconstruction 3D développés par les ingénieurs de l’Ifremer pour perfectionner l’observation du champ hydrothermal Lucky Strike ont permis de produire un modèle visuel haute résolution 3D de la source hydrothermale Tour Eiffel.


Vous voulez en savoir plus sur la source Tour Eiffel ? Cliquez ici ou découvrez  sa représentation animée de plus de 3 mètres de haut ainsi que nombreuses informations sur les sources hydrothermales dans le parcours de visite « L’Océan du Futur » de La Cité de la Mer !

Représentation de la source hydrothermale Tour Eiffel dans la parcours L'Océan du Futur de La Cité de la Mer ©La Cité de la Mer-BAP-Vincent Rustuel

Représentation de la source hydrothermale Tour Eiffel dans le parcours « L’Océan du Futur » de La Cité de la Mer ©La Cité de la Mer-BAP-Vincent Rustuel

Lire la suite
Amphores d'une épave antique intacte au large de Chypre © Département des Antiquités
12/07/2019
Une épave antique intacte découverte à Chypre Pour la première fois, une épave antique intacte d'un navire de commerce a été découverte au large de Protaras (Chypre) en mer Méditerranée. Elle a été e...

Pour la première fois, une épave antique intacte d’un navire de commerce a été découverte au large de Protaras (Chypre) en mer Méditerranée.

Elle a été explorée par 2 plongeurs, Spyros Spyrou et Andreas Kritiotis, du Laboratoire de recherches archéologiques maritimes (MareLab) et  de  l’Unité de recherche archéologique de l’Université de Chypre.

L'épave antique a été découverte au large de Protaras (Chypre) © Google Earth

L’épave antique a été découverte au large de Protaras (Chypre) © Google Earth

Le Département des Antiquités de Chypre a immédiatement débloqué les fonds nécessaires pour étudier l’épave.

L’épave est un navire romain, chargé d’amphores, provenant très probablement de Syrie et de Cilicie (ancienne province romaine située aujourd’hui en Turquie).

Il s’agit de la première épave romaine intacte jamais découverte à Chypre, dont l’étude devrait apporter un nouvel éclairage sur l’ampleur du commerce maritime entre Chypre et les autres provinces romaines de la Méditerranée orientale.

Une équipe d’archéologues, d’étudiants et de bénévoles, coordonnée par le Dr Stella Demesticha du MARELab, en collaboration avec Dimitris Skarlatos, professeur du Département de génie civil et de géoinformatique de l’Université technologique de Chypre, et Eleni Loizides, restauratrice au Département des Antiquités, travaille actuellement à la documentation et à la protection du site de l’épave.

Lire la suite
Mesurant moins de 7 centimètres, ce corail jaune a été difficile à collecter car il vit principalement sur des parois rocheuses verticales. Photo: Gary Williams © California Academy of Sciences
10/07/2019
Une espèce de corail profond découverte dans un sanctuaire marin californien Une nouvelle espèce de corail profond de couleur jaune a été découverte dans le sanctuaire marin californien de Cordell Bank par des scientifiques...

Une nouvelle espèce de corail profond de couleur jaune a été découverte dans le sanctuaire marin californien de Cordell Bank par des scientifiques américains.

Tout a commencé lors d’une expédition d’exploration dans le sanctuaire marin Cordell Bank (États-Unis), une zone sous-marine rocheuse située au large de la côte californienne à environ 70 km au nord de San Francisco, durant l’Été 2018.

Cette mission, coordonnée par les chercheurs Gary Williams de l’Académie des Sciences de Californie et Danielle Lipski du sanctuaire marin de Cordell Bank, avait pour objectif de découvrir de nouvelles espèces de coraux profonds.

Colonie de petit corail jaune Chromoplexaura cordellbankensis © NOAA

Colonie de petit corail jaune Chromoplexaura cordellbankensis © NOAA

« Au fur et à mesure que le climat et les océans changent, les espèces évoluent aussi, comme leurs conditions de vie ou et leur environnement. 

Si nous n’identifions pas les espèces qui vivent dans ces milieux, nous ne pourrons pas savoir ce qui change ou ce que nous perdons. » explique Danielle Lipski. 

À bord du navire Bell M. Shimada de l’Agence américaine d’Observation Océanique et Atmosphérique (NOAA),  les scientifiques ont utilisé un robot sous-marin télécommandé (ROV), équipé de lumières, de caméras et d’un bras manipulateur, pour collecter des échantillons d’un petit corail jaune entre 86 et 107 mètres de profondeur.

La première observation de ce corail, remonte à 2004, lorsque des chercheurs, à bord d’un sous-marin, exploraient les profondeurs du sanctuaire marin Cordell Bank.

Mesurant moins de 7 centimètres, ce corail jaune a été difficile à collecter car il vit principalement sur des parois rocheuses verticales. Mais, les progrès technologiques ont joué un rôle déterminant dans cette découverte.  

En effet, grâce à la précision du robot sous-marin, le prélèvement ne détruit pas l’habitat environnant et a un impact minimal sur la population globale de l’espèce.

 « Nous avons eu de la chance d’obtenir une telle collecte. C’est une tâche énorme et coûteuse que de faire quelque chose comme ça. Alors quand vous en avez l’occasion, vous la saisissez et vous vous lancez ! » déclare Gary Williams

Comme la simple observation ne suffit pas à déterminer s’il s’agissait d’une nouvelle espèce, Gary Williams et la chercheuse Odalisca Breedy de l’Université du Costa Rica ont étudié « les empreintes digitales » du corail à l’aide d’un microscope électronique à balayage et ont comparé les résultats avec d’autres espèces identifiées.

Ce corail a été baptisé Chromoplexaura cordellbankensis par Gary Williams et Odalisca Breedy, en référence au site de découverte !

Lire la suite