L’Echo des abysses

Microsoft immerge un centre de données sous-marin dans le cadre du projet Natick phase 1 (2015) © Microsoft
15/06/2018
Microsoft teste le 1er centre de données sous-marin au large de l’Écosse Microsoft vient d'immerger un centre de données sous-marin au large de l'archipel des Orcades (au Nord de Écosse) à 35 mètres de profondeur. Ins...

Microsoft vient d’immerger un centre de données sous-marin au large de l’archipel des Orcades (au Nord de Écosse) à 35 mètres de profondeur.

Installé dans un cylindre immergé, ce centre de données comprend 864 serveurs dispatchés sur 12 racks : cela équivaut à plusieurs milliers de PC grand public.

Ce datacenter dispose de suffisamment de place pour stocker environ 5 millions de films.

Testé pendant 1 an, il est immergé sur le site d’essai du Centre européen pour les énergies renouvelables (EMEC) basé sur l’Ile d’Orkney.

© Microsoft https://youtu.be/AvvJc4Uw3aA

Ce centre de données est, selon Microsoft, autosuffisant en énergie.

Relié par un câble sous-marin à Ile d’Orkney, il est alimenté en électricité produite, entre autres, par des turbines marémotrices expérimentales et des convertisseurs d’énergie houlomotrice.

Cette opération est la 2e phase du projet de recherche Natick piloté par Microsoft, en collaboration avec Naval Group.

Arguant notamment que 50% de la population vit à moins de 200 km des côtes et que le stockage des données informatiques va aller crescendo, Microsoft souhaite démontrer sa capacité à :

  • fabriquer des centres de données sous-marins à grande échelle,
  • à les déployer en moins de 90 jours.

L’un des principal intérêt pour Microsoft est financier : une grande partie du coût de fabrication d’un datacenter provient de son système de refroidissement. Or sous l’eau, le centre de données va bénéficier d’un « refroidissement » naturel des océans.


Tout a commencé en 2013 lorsque un employé de Microsoft, Sean James, ancien sous-marinier au sein de l’US Navy, propose d’immerger un centre de données sous la mer, alimenté par une électricité produite par l’énergie de l’Océan…

Une idée reprise par Norm Whitaker, Directeur des projets spéciaux au Centre de recherche de Microsoft… Fin 2014, le projet Natick est lancé.

Un 1er prototype, baptisé Leona Philpot, a déjà été été testé d’août à novembre 2015 au large des côtes californiennes.

Pour en savoir plus, le site de Microsoft – Projet Natick

Lire la suite
11/06/2018
L’Océan depuis l’Espace : 40e anniversaire du lancement de Seasat Une très belle photo de la Normandie prise par le satellite Envisat depuis l'espace ! Un p'tit clin d'oeil pour fêter le 40e anniversaire du lan...

Une très belle photo de la Normandie prise par le satellite Envisat depuis l’espace ! Un p’tit clin d’oeil pour fêter le 40e anniversaire du lancement du 1er satellite océanographique Seasat !

Mis en orbite par l’agence spatiale américaine NASA, le 26 juin 1978, Seasat est le 1er satellite spécialisé dans l’observation des océans !

Pendant 105 jours, Seasat a enregistré une multitude de données pour mieux comprendre le fonctionnement des océans :

  • les vents et les températures de surface,
  • la hauteur des vagues,
  • la glace de mer,
  • la topographie de l’océan…
Le 1er satellite océanographique Seasat est lancé le 26 juin 1978 © NASA

Le 1er satellite océanographique Seasat est lancé le 26 juin 1978 © NASA

Depuis d’autres satellites ont pris son relais comme Envisat qui a pris cette très belle photographie de la Normandie bordée par la mer de la Manche !

Lancé par l’agence spatiale européenne en 2002, Envisat a terminé sa mission en 2012.

Il a depuis été relayé par une série de satellites chargés d’observer et de surveiller les océans comme Jason 3 ou Sentinel-3 mis en place dans le cadre du programme européen Copernicus.

Le satellite Sentinel 3A © ESA–Pierre Carril

Le satellite Sentinel 3A © ESA–Pierre Carril

Lire la suite
Une baleine et son petit © Oregon State University
19/05/2018
Découverte d’une colonie de baleines bleues en Nouvelle-Zélande Des chercheurs américains de l'Institut des mammifères marins (Université de l'Oregon) ont découvert une colonie de baleines bleues vivant dans les ...

Des chercheurs américains de l’Institut des mammifères marins (Université de l’Oregon) ont découvert une colonie de baleines bleues vivant dans les eaux de Nouvelle-Zélande.

Nageant dans la baie de South Taranaki Bight (entre l’île du Nord et l’île du Sud), ces baleines, estimées à 718 individus minimum, sont bien distinctes de leurs congénères évoluant dans l’océan Pacifique et l’océan Austral. Elles sont plus petites, mesurant (quand même) 22 mètres de long (contre 28 à 30 mètres habituellement).

Alors que la baleine bleue est classée parmi les espèces en danger d’extinction, cette colonie pourrait être mise en danger par plusieurs installations d’extraction de pétrole, de gaz ainsi que par des projets de forages sous-marins.

Le gouvernement néo-zélandais a en effet récemment délivré un premier permis ce collecte de sable pour en extraire du fer, de l’argent, du zircon ou du titane.

 

Pour en savoir plus sur la baleine bleue, cliquez ici

Lire la suite