« Planète Méditerranée », la nouvelle expédition de Laurent Ballesta

24/06/2019
La station bathyale est installée sur une barge tractée par un remorqueur qui se déplacera au large des côtes méditerranéennes entre Marseille et Monaco. ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

Laurent Ballesta et trois autres plongeurs vont vivre une expérience inédite : cohabiter dans un module pressurisé de 5m2 pendant 28 jours afin d’explorer sans limite les grandes profondeurs de la Méditerranée par 120 mètres.

Cette mission d’exploration qui se déroulera entre le 1er juillet et le 28 juillet 2019 sera possible grâce au mariage de 2 techniques :

  • la plongée à saturation (confinement dans un espace maintenu sous pression)
  • la plongée sportive profonde (utilisation de scaphandres recycleurs).

Pour éviter les interminables paliers de décompression à faire lors d’une plongée classique, une station pressurisée a été adaptée à l’expédition pour maintenir
la pression des grandes profondeurs.

La décompression ne se fera donc qu’à la fin de leur mission de quatre semaines, et durera 3 jours.

Laurent Ballesta et 3 autres plongeurs vont  cohabiter dans un module pressurisé de 5m2 pendant 28 jours afin d’explorer les profondeurs de la Méditerranée. ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

Laurent Ballesta et 3 autres plongeurs vont cohabiter dans un module pressurisé de 5m2 pendant 28 jours afin d’explorer les profondeurs de la Méditerranée. ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

Cette station est installée sur une barge tractée par un remorqueur qui se déplacera au large des côtes méditerranéennes entre Marseille et Monaco (300 km de littoral) pour explorer les différents sites définis.

D’une taille de 10 m2, la station bathyale est divisée en 3 parties :

  • un module de vie,
  • un module vestiaire
  • un module de transition appelé “tourelle de plongée” qui descendra les plongeurs chaque jour à grandes profondeurs. Une fois l’exploration terminée,  la tourelle remontera les plongeurs à leur module de vie. Les explorateurs y trouveront nourriture et chaleur pour se reposer avant la prochaine mission.
Une tourelle de plongée permettra aux plongeurs de faire la "navette" entre la station bathyale et les zones à explorer. ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

Une tourelle de plongée permettra aux plongeurs de faire la « navette » entre la station bathyale et les zones à explorer. ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

L’expédition peut se découper en 4 zones d’exploration, chacune ayant ses enjeux
et découvertes :

Zone 1 : de Marseille à Bandol | 14 sites d’exploration dont :

  • Le banc des Blauquières et le banc de l’Esquine (de 70 à 200 m)
    La plus belle forêt de corail noir et la plus grande concentration d’oursins crayons jamais croisés lors de leur prospection.
  • L’épave du Natal, au large de Marseille (120 m)
    Paquebot de 130 m de long qui sombra lors d’une collision avec un cargo en 1917, emportant son capitaine et 103 autres victimes. l’épave est un récif riche en poissons,
    et dominée par des colonies d’huîtres creuses.

Zone 2 : de Carque iranne à Saint-Tropez | 8 sites d’exploration dont :

  • Le banc de Magaud (80 m)
    Sur plusieurs kilomètres se dresse une des plus grandes forêts de laminaires endémiques de la Méditerranée.

Zone 3 : de Sainte-Maxime à Antibes | 9 sites d’exploration dont :

  • Les tombants du cap d’Antibes (de 70 à 100 m)
    Corail noir et coraux profonds, station de nettoyage de poissons lune.

Zone 4 : D’Antibes à Monaco | 8 sites d’exploration dont :

  • Les Roches Saint Nicolas à Monaco (de 60 à 70 m)
    Massif coralligène à grandes gorgones caméléon, site isolé mal connu,
    riche en biodiversité.
  • Le tombant des Américains (50 à 200 m)
    Vaste falaise sous-marine verticale criblée de nombreuses petites
    grottes. Présence de nombreuses espèces de poissons profonds

Cliquez ici pour consulter le dossier de presse