Le DRASSM recense toutes les épaves du Débarquement en Normandie

24/04/2019
L'André Malraux, navire de recherche archéologique du DRASSM © Tounoki (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Entre le 8 et le 26 avril 2019, l’André Malraux,  le navire du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM) a fait sa 3e campagne en mer de la Manche afin de recenser les épaves du Débarquement du 6 juin 1944.

Navires débarquant leur cargaison sur la plage d'Omaha Beach, à marée basse pendant les premiers jours de l'opération Overlord © U.S. National Archives

Au large d’Omaha Beach (ici dans les premiers jours du Débarquement en juin 1944) reposent de nombreuses épaves © U.S. National Archives

Depuis 2015, à l’initiative de la Région Normandie, le DRASSM dresse l’inventaire de l’ensemble des vestiges sous-marins de la Bataille de Normandie : 150 sites ont ainsi été répertoriés.

Destroyers, dragueurs de mines, navires de transport des troupes, barges de débarquement, chars amphibies et brise-lames : la campagne aura permis de localiser chaque épave et de donner une vision d’ensemble précise. Les archéologues ont expertisé et affiné l’identification de chaque site, en s’appuyant sur diverses sources documentaires (Club de plongée de Caen, US Navy, Royal Navy).

Le 75e anniversaire du Débarquement est l’occasion de mettre l’accent sur la préservation de ce patrimoine englouti. Comme le précise Cécile Sauvage, archéologue au DRASSM :

« Aucun événement historique dans le monde n’est aussi bien représenté par ses vestiges maritimes que le Débarquement en Normandie (…). Ces sites, nous en assurons la sauvegarde avec cette étude, car ils subissent les atteintes de la corrosion et sont voués à disparaître dans quelques dizaines d’années. »

L’inventaire effectué par le DRASSM va permettre d’ajouter une carte des vestiges au dossier de candidature des Plages du Débarquement à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Porté par la Région Normandie depuis 2015, la demande sera définitivement examinée par le jury international en juillet 2019. Le site avait déjà été inscrit en 2014 sur la liste indicative des biens français.

En janvier 2018, Françoise Nyssen, la ministre de la culture officialisait cette candidature dans un communiqué de presse, et soulignait :

« Ce bien proposé à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco garde les traces et porte la mémoire d’un combat pour la liberté et la paix. »

LE + : Découvrez à La Cité de la Mer l’exposition Cherbourg 1944… Et la liberté vint de la mer et son zoom sur l’expédition D-Day » menée en 2013 qui a permis de cartographier près de 400 épaves dans la baie de Seine.