Découverte d’amphores du 3e siècle avant JC

25/01/2020
Au large de Cannes,17 amphores datant du 3e siècle avant JC, ont été remontées à la surface © Cliché A joncheray

Au large de Cannes, à proximité des Iles de Lérins, 17 amphores datant du 3e siècle avant JC, ont été remontées à la surface. Elles gisaient à une vingtaine de mètres de profondeur.

C'est une découverte exceptionnelle et très rare pour les archéologues ! © Cliché A joncheray

C’est une découverte exceptionnelle et très rare pour les archéologues ! © Cliché A joncheray

Malgré cette faible profondeur, leur remontée n’a pas été aisée car elles étaient prises dans un mélange de sable et de racines. Leur enchevêtrement permet aux archéologues d’émettre 3 hypothèses : 

  • une partie de la cargaison est tombée car le navire s’est renversé ;
  • le navire s’est échoué un peu plus loin ;
  • le navire ne s’est pas échoué : les amphores auraient été jetées par dessus bord.

Anne Joncheray, archéologue et directrice du musée d’archéologie de Saint-Raphaël, explique :

Ces amphores dites « gréco-italiques » servaient au transport de vin de Campanie, un vin fabriqué près de Rome. La cargaison était certainement destinée à des comptoirs grecs comme Marseille ou Olbia (Sardaigne) car les principales villes romaines, comme Narbonne, n’étaient pas encore fondées.

C’est une découverte exceptionnelle et très rare pour les archéologues ! En effet, au 3e siècle avant JC, il y avait beaucoup de piratage dans le bassin méditerranéen et le commerce se développait relativement peu. 

Seules 4 épaves datant de cette époque sont actuellement connues.

La remontée des amphores n'a pas été aisée car elles étaient prises dans un mélange de sable et de racines. © Cliché Marc langleur

La remontée des amphores n’a pas été aisée car elles étaient prises dans un mélange de sable et de racines. © Cliché Marc langleur