Archives – L’Echo des abysses

Année 2017

La proue (partie avant) de l'épave du Titanic © RMS Titanic, Inc.
13/05/2017
Expédition Titanic 2018 L'entreprise américaine OceanGate lancera à partir de mai 2018 une campagne sur l'épave du Titanic.  L'équipe utilisera les dernières tec...

L’entreprise américaine OceanGate lancera à partir de mai 2018 une campagne sur l’épave du Titanic. 

L’équipe utilisera les dernières technologies d’imagerie ainsi que le nouveau sous-marin habité Cyclops 2 afin d’évaluer l’état de l’épave et des objets dispersés dans le champ des débris.

La campagne durera 6 semaines et partira de Saint-Jean de Terre-Neuve (Canada). Elle réunira des experts (historiens, biologistes, réalisateurs, spécialistes de l’épave, des pilotes de sous-marins…) constituant une équipe de 25 à 30 personnes qui sera renouvelée chaque semaine.

Les équipes d'OceanGate Inc. partiront de Saint-Jean de Terre-Neuve au Canada fin mai 2018 © OceanGate Inc.

Les équipes d’OceanGate Inc. partiront de Saint-Jean de Terre-Neuve au Canada fin mai 2018 © OceanGate Inc.

Depuis son naufrage il y a 105 ans, moins de 200 personnes ont déjà visité l’épave, c’est beaucoup moins que celles qui ont volé dans l’espace ou qui ont escaladé le mont Everest, c’est donc une occasion incroyable d’explorer l’un des sites les plus rarement vus et vénérés sur la planète a déclaré Stockton Rush, PDG d’OceanGate Expéditions.

Cette mission sera menée en collaboration avec l’Institut Océanographique américain Woods Hole et son Laboratoire avancé d’imagerie et de visualisation (AIVL) qui avait participé à la dernière campagne en 2010.

Bill Lange, directeur de l’AIVL et son équipe seront sur le pont pour équiper le sous-marin Cyclops 2 d’équipements d’imagerie performants. Les images de l’épave seront ensuite assemblées pour constituer un modèle photographique 3D du Titanic.

Nos techniques d’imagerie sous-marines vont nous permettre de compléter nos données et nos lacunes sur l’épave et le champ de débris afin de créer un modèle numérique presque réel sans perturber le site a déclaré Bill Lange.

La campagne menée par Ocean Gate permettra de réaliser un modèle numérique 3D de l'épave du Titanic et de son champ de débris © Ocean Gate Inc.

La campagne menée par Ocean Gate permettra de réaliser un modèle numérique 3D de l’épave du Titanic et de son champ de débris © Ocean Gate Inc.

L’équipe de Bill Lange tentera également de recueillir des données environnementales sur l’épave afin de les mettre à la disposition des chercheurs chargés de mieux comprendre et de mieux préserver ce site.  

OceanGate ne recueillera aucun objet lors de cette campagne. L‘ensemble du site est un mémorial, nous réaliserons notre mission dans le plus grand respect de ceux qui ont perdu la vie lors de ce naufrage, a déclaré Stockton Rush.

Si vous voulez être du voyage, il vous en coûtera environ 100 000 euros (pour 8 jours de campagne) avec à la clé une plongée sur l’épave d’une durée comprise entre 6 et 8h ! Sachez qu’il faut environ 1h30 pour descendre sur l’épave et 1h30 pour remonter, il vous restera alors 3h pour explorer et admirer l’épave du Titanic.


Fondée en 2009 par Stockton Rush et Guillermo Söhnlein, 2 hommes d’affaires en lien étroits avec les industries de l’aérospatiale et de la technologie, OceanGate Inc. est spécialiste en moyens d’exploration sous-marine que ce soit dans les domaines industriels, scientifiques, audiovisuels… Elle dispose, entre autres, des sous-marins :

  • Cyclops 1 capable d’intervenir jusqu’à 500 mètres de profondeur,
  • Cyclops 2 qui lui peut descendre jusqu’à 4 000 mètres avec 1 pilote et 4 passagers.
Le sous-marin Cyclops 2 développé par Ocean Gate Inc. © Ocean Gate Inc.

Le sous-marin Cyclops 2 développé par Ocean Gate Inc. © Ocean Gate Inc.


Petit rappel sur la dernière campagne menée sur l’épave du Titanic en 2010

En août 2010, David GALLO, Directeur des projets spéciaux de l’Institut Océanographique américain du Woods Hole est, avec Paul-Henri NARGEOLET, l’un des chefs de mission de la campagne organisée par la société américaine RMS Titanic sur l’épave du paquebot mythique.

Objectifs de cette campagne :

  • Cartographier le site de l’épave en 3D grâce aux 2 robots sous-marins autonomes (AUV) Ginger et Mary Ann et au robot téléopéré (ROV) Remora 6000. Ces 3 robots peuvent plonger à 6 000 mètres de profondeur. Ils sont équipés de caméras vidéo et de sonars.
  • Déterminer le processus et la vitesse de détérioration de l’épave. Eneffet, selon le professeur canadien Roy CULLIMORE (présent lors de cette campagne), des bactéries dévorent l’acier de l’épave laissant présager sa disparition à plus ou moins longue échéance. Pour en savoir plus : http://bit.ly/VLvwDQ

 

Lire la suite
© James Morgan/WWF
28/04/2017
Le WWF alerte : l’Océan est en danger Si l'Océan était un pays, il serait la 7e puissance économique du monde. Sa valeur est estimée à 24 000 milliards de dollars. L'Océan est...

Si l’Océan était un pays, il serait la 7e puissance économique du monde. Sa valeur est estimée à 24 000 milliards de dollars.

L’Océan est essentiel à nos vies puisque que 50% de l’air que nous respirons provient du plancton marin !

Isabelle Autissier, Présidente du WWF France, revient dans cette vidéo sur la nécessité de préserver notre plus précieux patrimoine : l’Océan.

Vous voulez en savoir plus, cliquez ici pour télécharger la synthèse du rapport “Planète vivante 2016″ du WWF France.

Lire la suite
Des chercheurs américains ont filmé le combat féroce entre une crevette (Heterocarpus) et un poisson dragon, dans l'océan Pacifique, à environ 1000 mètres de profondeur © Image courtesy of the NOAA Office of Ocean Exploration and Research, Discovering the Deep: Exploring Remote Pacific MPAs.
17/04/2017
Combat féroce sous la mer Des chercheurs américains ont filmé le combat féroce entre une crevette (Heterocarpus) et un poisson dragon, dans les profondeurs de l'océan...

Des chercheurs américains ont filmé le combat féroce entre une crevette (Heterocarpus) et un poisson dragon, dans les profondeurs de l’océan Pacifique.

Une vidéo surprenante qui montre la crevette sous un nouveau jour : c’est un vrai chasseur !

Le 27 mars dernier, lors de la dernière plongée de l’expédition Découverte des zones protégées du Pacifique, les scientifiques ont été témoins d’une bataille féroce entre une crevette de haute mer (Heterocarpus) et un  poisson dragon, à environ 1 000 mètres de profondeur.

Au cours de cette scène impressionnante, la crevette a été observée en train de saisir puis de consommer le poisson dragon alors qu’il était encore en vie !

Cette vidéo éclaire sous un nouveau jour le comportement prédateur de la crevette de haute mer qui se révèle être un chasseur.

Jusqu’à présent, les scientifiques considéraient cet animal comme un charognard.

Cette expédition a été menée par l’Institut océanographique américain NOAA.

Lire la suite
Concert sous l'eau Aquasonic de Between Music, un groupe de musiciens danois © Between Music
13/04/2017
Des inventeurs sous-marins récompensés L'association Human Underwater Society, basée à Papeete (Tahiti), a dévoilé les gagnants de la 1re édition du concours HUS Design Prize dédi...

L’association Human Underwater Society, basée à Papeete (Tahiti), a dévoilé les gagnants de la 1re édition du concours HUS Design Prize dédié à l’immersion humaine et aux sports nautiques.

  • Prix du public

Between Music, un groupe de musiciens danois qui a inventé de nouveaux instruments aquatiques et techniques de chant en immersion pour faire de la musique sous l’eau.

Between Music / AquaSonic – Excerpt 1 from FuturePerfect on Vimeo.

  • Prix Start-up

Le sous-marin Atlantis imaginé par iNova, peut glisser à la surface de l’eau mais aussi plonger jusqu’à 30/40 mètres de profondeur. Il est équipé d’un système permettant d’extraire l’oxygène de l’eau de mer nécessaire à la respiration de ses 4 passagers.

  • Prix Indépendants

La maison sous-marine Aquanaut Explorer imaginé par l’association 9e continent.

Maison sous-marine Aquanaut Explorer © 9e continent

Écologique, cette maison sous-marine accueillera une équipe d’océanautes pour des séjours de longue durée.

Elle regroupera : un observatoire pour étudier la biodiversité marine et un laboratoire destiné à préparer des cosmonautes à leurs futurs séjours dans l’espace.

  • Prix Étudiantsde plongée avec affichage intégré Sea vision © Jordan Singkouson

Un masque de plongée avec affichage intégré indiquant au plongeur sa profondeur, ses temps de palier de décompression, sa quantité d’air disponible mais aussi les espèces qu’il rencontre…

Une technologie imaginée par un étudiant ESIEE Paris, Jordan Singkouson.

  •  Prix Dauphin catégorie Étudiants

Plongeur bouteilles © Ed MelendresUn système de détendeur de plongée intégrant un aérosol pour asthmatiques proposé par Clément Guiberteau, étudiant ESIEE Paris.


L’association polynésienne Human Underwater Society regroupe des scientifiques, des ingénieurs, des plongeurs professionnels… Elle a pour objectif est de :

  • promouvoir le développement de technologies permettant d’améliorer le rapprochement de l’homme avec l’environnement sous-marin,
  • faire émerger des solutions à des problématiques d’intérêt général dans la santé, l’environnement ou l’industrie.

L'association polynésienne Human Underwater Society porte un projet de Cité des technologies sous-marines basée à Tahiti © HUS

Elle souhaite également mettre en place un ambitieux projet de Cité des technologies sous-marines regroupant différents pôles d’activité :

  • recherche et développement,
  • formation professionnelle,
  • tourisme et de sensibilisation du grand public,
  • environnement
  • image et son (banques d’images et de sons)
  • santé et bien-être
Lire la suite
Sources chaudes sous-marines découvertes en 2016 lors de l'expédition « Deepwater Exploration of the Marianas » menée, dans la zone des Mariannes, par les équipes de l’Institut océanographique américain NOAA à bord de l’Okeanos Explorer. © NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas.
17/03/2017
Découverte de sources chaudes dans l’océan Pacifique Une équipe nord-américaine a découvert plusieurs sources chaudes au fond de l'océan Pacifique. "Medea" (12 mètres de hauteur) fait partie...

Une équipe nord-américaine a découvert plusieurs sources chaudes au fond de l’océan Pacifique.

« Medea » (12 mètres de hauteur) fait partie des sources hydrothermales découvertes dans l’océan Pacifique. © Lucas Kavanagh, Établissement océanographique Woods Hole
“Medea” (12 mètres de hauteur) fait partie des sources hydrothermales découvertes dans l’océan Pacifique. © Lucas Kavanagh, Woods Hole Oceanographic Institution

À bord du navire d’exploration Atlantis, l’équipe a découvert des sources hydrothermales situées au sommet du mont sous-marin Pito (1 kilomètre de haut) sur la dorsale Est-Pacifique.

Ils on pu observer une vie foisonnante malgré les conditions extrêmes : crabes, crevettes, vers de Pompéi, petits poissons et bactéries se développent dans une eau toxique approchant les 370°C .

Certaines cheminées sont immenses, atteignant 12 mètres de hauteur.

Ces cheminées sont aussi appelées fumeurs noirs car elles recrachent une eau toxique, bouillante et riche en métaux (fer, cuivre, zinc…) qui ressemble à de la fumée noire.

Les chercheurs ont baptisé toutes les formations de noms évocateurs :

• Medea et Jason du nom de leurs robots sous-marins qui les ont aidés dans leur découverte.

• Le tireur d’élite car la cheminée ressemblait à une tête et à une main tenant un révolver.

L’expédition a été menée par Barbara John et Michael Cheadle, professeurs de géologie et de géophysique à l’Université du Wyoming, épaulée par une quinzaine de chercheurs américano-canadiens.

 

Consultez notre dossier pour en savoir plus sur les fumeurs noirs

 

 

 

 

 

Lire la suite
Poulpe dansant © Gabriel Barathieu/UPY2017
14/03/2017
Le meilleur de la photographie sous-marine 2017 ! Le français Gabriel Barathieu a été élu meilleur photographe sous-marin de l'année pour cette magnifique image d'un poulpe photographié au l...

Le français Gabriel Barathieu a été élu meilleur photographe sous-marin de l’année pour cette magnifique image d’un poulpe photographié au large de l’île de Mayotte.

Poulpe dansant © Gabriel Barathieu/UPY2017

Poulpe dansant © Gabriel Barathieu/UPY2017

Né en 1983, Gabriel Barathieu se passionne pour la plongée et la photographie sous-marine à son arrivée sur l’île de la Réunion en 2010.

Vous pouvez découvrir une partie des ces photographies sur la page Facebook Réunion Underwater Photography. Vous y retrouverez ses plus beaux clichés dont certains ont été publiés dans National Geographic.

Cette compétition a eu lieu dans le cadre du Festival international de la photographie sous-marine britannique récompensant les photographes les plus talentueux de l’année 2017.

Une méduse à crinière de lion entourée de milliers de méduses lunes photographiées lors d'une plongée en Alaska © Ron Watkins/UPY2017

Une méduse à crinière de lion entourée de milliers de méduses lunes photographiées lors d’une plongée en Alaska © Ron Watkins/UPY2017

 

 

 

 

Une larve de squille face à sa proie, photographiée à Anilao, aux Philippines. © So Yat Wai/UPY2017

Une larve de squille face à sa proie, photographiée à Anilao, aux Philippines. © So Yat Wai/UPY2017

Découvrez l’ensemble du palmarès du Festival international de la photographie sous-marine britannique en cliquant ici

Lire la suite
Jeu Espion des grands fonds © Ifremer
10/03/2017
Participez au jeu Espion des grands fonds Les scientifiques de l'Ifremer font appel à vous pour explorer les grands fonds océaniques, au travers de leur jeu Espion des grands fonds !...

Les scientifiques de l’Ifremer font appel à vous pour explorer les grands fonds océaniques, au travers de leur jeu Espion des grands fonds !

Objectif : identifier sur des vidéos des espèces précises (chimère, crabe,…) vivant à proximité des sources chaudes sous-marines à près de 2 000 mètres de profondeur.

Jeu Espion des grands fonds © Ifremer

Jeu Espion des grands fonds © Ifremer

Plus de 5 000 heures de séquences vidéo à visionner !  Elles ont été enregistrées par des observatoires placés au fond des océans Pacifique et Atlantique, à proximité des sources chaudes sous-marines.

Cette participation nous permettra de mieux connaître le comportement et la distribution de certaines espèces. explique Marjolaine Matabos, chef du projet de sciences participatives Espion des grands fonds.

Espion des grands fonds est accessible librement en ligne. A vous de jouer !

Lire la suite
Un récif corallien découvert là où l'Amazone se jette dans l'océan Atlantique © Greenpeace
08/02/2017
Un récif corallien découvert au large du Brésil Découvert au large des côtes nord du Brésil, ce récif corallien s'étend sur 9500 kilomètres carrés. Situé à l'embouchure de l'Amazone, le ré...

Découvert au large des côtes nord du Brésil, ce récif corallien s’étend sur 9500 kilomètres carrés. Situé à l’embouchure de l’Amazone, le récif s’est développé dans des eaux troubles et boueuses où la lumière du jour atteint difficilement les profondeurs. 

Les scientifiques considèrent que seulement 5% du récif est connu.

Menacé par des forages pétroliers, Greenpeace tire la sonnette d’alarme et lance une campagne de plongées à bord d’un sous-marin afin d’observer et de documenter, pour la première fois, la vie de ce récif.


Greenpeace dévoile les premières images du récif corallien de l’Amazone à peine découvert et déjà menacé par Gentside Découverte

Lire la suite
Marie-Anne Cambon © Pourquoi cherchez-vous ? réalisé par Geneviève Anhoury
06/02/2017
“Quand on plonge, on se retrouve avec ces merveilles sous les yeux !” Marie-Anne Cambon, micro-biologiste des profondeurs à l?Ifremer est l'invité de la série "Pourquoi cherchez-vous ?". Une interview originale...

Marie-Anne Cambon, micro-biologiste des profondeurs à l’Ifremer est l’invité de la série “Pourquoi cherchez-vous ?”. Une interview originale entre arts et science qui permet à notre chercheuse de se transformer en pieuvre multitâches ou de s’émerveiller face à des sources chaudes sous-marines tout en partageant sa soif de connaissance et son envie de transmettre !

La série Pourquoi cherchez-vous ? est écrite et réalisée par Geneviève Anhoury avec les peintures animées de Patrick Pleutin et les trucages de Lalunela.

Lire la suite
A 1 545 m de profondeur, dans le canyon de Lampaul (golfe de Gascogne), des coraux d’eau froide (
01/02/2017
Canyons sous-marins en danger Les canyons sous-marins sont menacés par l'Homme. Ils constituent pourtant un lieu d'habitat essentiel pour de nombreuses espèces : coraux d...

Les canyons sous-marins sont menacés par l’Homme. Ils constituent pourtant un lieu d’habitat essentiel pour de nombreuses espèces : coraux d’eau froide, poissons et crustacés…

C’est ce que démontre les chercheurs du Réseau international pour l’étude et l’échange scientifique sur les canyons sous-marins (INCISE) dans un article publié le 31 janvier 2017 dans la revue Frontiers in Marine Science.

Les scientifiques français de l’Ifremer ont contribué à ces travaux en apportant notamment des informations sur les coraux du golfe de Gascogne.

logo VidéoA voir : 5% des canyons sous-marins sont concentrés en Méditerranée. C’est là, qu’en 2008,  le sous-marin de la Comex, le Remora 2000  – aujourd’hui visible à La Cité de la Mer – a plongé. Découvrez le canyon de Cassidaigne au large de Cassis !

Lénaick Menot, co-auteur de l’étude et chercheur au Laboratoire Environnement Profond du Centre Ifremer Bretagne à Brest souligne : Globalement, les pressions exercées par les activités humaines comprennent les déchets, la pêche, le déversement de résidus miniers terrestres et l’extraction de pétrole et de gaz.

Les canyons sous-marins sont des vallées profondes et escarpées. Étroits et pentus, ils sont localisés le long du talus continental, descendant parfois jusqu’à la base du talus où ils rejoignent les grands fonds.

Ces gigantesques gorges sous-marines, montrant des incisions parfois supérieures à 1000 mètres, font quelques centaines à quelques kilomètres de large et parfois plusieurs centaines de kilomètres de long.

Les canyons occupent 1,2% de la surface des océans (4 millions de km2).

A ce jour, entre 6 000 et 10 000 canyons sous-marins ont été recensés dans le monde.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Ifremer 

Lire la suite
Filets de pêche © johnnyberg-http://www.sxc.hu/
12/01/2017
La pêche en eaux profondes interdite par l’Union Européenne Le Parlement européen vient d'interdire la pêche en eaux profondes au-delà de 800 mètres dans l'Atlantique Nord-Est. Elle s'appliquera au ch...

Le Parlement européen vient d’interdire la pêche en eaux profondes au-delà de 800 mètres dans l’Atlantique Nord-Est. Elle s’appliquera au chalutage de fond, qui détruit les habitats des fonds marins et met en danger des espèces encore méconnus.

La pêche en eau profonde s’est développée dans les années 1980 grâce à de nouveaux équipements capables d’atteindre des profondeurs jusqu’alors inexplorées, de plusieurs centaines à plusieurs milliers de mètres sous la surface.

Mais les écosystèmes en eaux profondes restent encore largement inconnus aujourd’hui.

Certaines espèces de poissons d’eau profonde peuvent vivre très longtemps (plus d’un siècle dans le cas de l’hoplostète orange), et quelques coraux des grands fonds peuvent avoir une durée de vie de milliers d’années.

Les poissons croissant très lentement et se reproduisant tardivement rendent les stocks très sensibles à la surpêche.

Les habitats marins vulnérables (de coraux ou d’éponges, par exemple) sont également particulièrement sensibles à certaines méthodes de pêche.

Compte tenu des menaces qui pèsent sur les stocks d’eau profonde, et reconnaissant la fragilité des écosystèmes des fonds marins, des initiatives ont été progressivement développées, tant aux niveaux mondial (par exemple par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) que régional (par exemple par la Commission des pêches de l’Atlantique Nord-Est) pour promouvoir une exploitation plus responsable des grands fonds.

Lire la suite