L’Echo des abysses

Ctenophore, Beroe forskalii © Linda Ianniello
17/04/2019
Le plancton retrace l’histoire de la pollution plastique dans l’océan Un dispositif crée au début du siècle pour répertorier le plancton, est devenu sans le vouloir un indicateur de la pollution plastique dans l'océan. ...

Un dispositif crée au début du siècle pour répertorier le plancton, est devenu sans le vouloir un indicateur de la pollution plastique dans l’océan.

Utilisé dès les années 1930, l‘enregistreur de plancton en continu (CPR) est un dispositif tracté par les navires qui sert à prélever des échantillons de plancton dans la colonne d’eau.

Pendant des décennies, une flotte de 50 enregistreurs a parcouru environ 6 millions de kilomètres. Et visiblement, elle n’a pas collecté que du plancton !

Clare Ostle, de la Marine Biological Association de Plymouth et auteure d’une étude sur la pollution plastique océanique, révèle que de nombreux morceaux de plastique ont été retrouvés enchevêtrés dans le dispositif au fil des années.

Une méduse "boîte" Tamoya sp. Les méduses font également partie du plancton ! © Linda Ianniello

Une méduse « boîte » Tamoya sp. Les méduses font également partie du plancton ! © Linda Ianniello

En 1965, la capture d’un plastique entier figure pour la première fois dans le journal des consignations d’un navire faisant route au large des côtes de l’Irlande.

L’étude montre surtout une augmentation significative et constante du plastique océanique depuis 1990.

Aujourd’hui, les chercheurs impliqués dans cette étude espèrent que la « vague de sensibilisation » au plastique océanique contribuera à réduire la quantité de déchets qui se retrouvent dans la mer.

Lire la suite
Le navire d'exploration Nautilus © Nautilus Live / Ocean Exploration Trust
16/04/2019
Expédition Nautilus 2019 : 11 explorations au programme L'équipe du navire d'exploration Nautilus lance ses missions d'exploration dans l'océan Pacifique à partir de mai. L'équipe étudiera les régi...

L’équipe du navire d’exploration Nautilus lance ses missions d’exploration dans l’océan Pacifique à partir de mai.

De mai à octobre, le Nautilus visitera des régions inexplorées de la côte ouest des États-Unis © Nautilus Live 2019

De mai à octobre, le Nautilus visitera des régions inexplorées de la côte ouest des États-Unis © Nautilus Live 2019

L’équipe étudiera les régions inexplorées de la côte ouest des États-Unis et, pour la première fois, l’ouest du Pacifique central, y compris les Samoa et les îles territoriales américaines.

Parmi les 11 campagnes de cette nouvelle « saison » qui se terminera en octobre :

  • Mission California mapping : les équipes du Nautilus poursuivront un travail de cartographie des fonds marins californiens, entamé il y a 4 ans. L’expédition s’attachera également à collecter des données sur les habitats de coraux et d’éponges d’eau profonde. Ces « sites sentinelles » permettront d’étudier l’impact de l’acidification des océans.
  • Mission Search for the Samoan Clipper : les équipes du Nautilus tenteront de localiser un site archéologique d’importance majeure pour l’histoire de l’aviation, l’épave du Samoan Clipper, un hydravion Sikorsky S-42B de la Pan American Airways perdu au large de la côte nord-ouest de Tutuila, Samoa américaines, en janvier 1938 avec à son bord 7 hommes dont le capitaine Edwin C. Musick.
  • Mission National Marine Sanctuary of American Samoa  : au niveau des îles Samoa, les équipes du  Nautilus étudieront, entre autres, des récifs coralliens méconnus localisés entre 30 et plus de 150 m et exploreront un volcan sous-marin actif. 

Les expéditions Nautilus 2019 nous emmèneront, également, explorer des canyons sous-marins comme le Bodega, plonger sur la dorsale Gorda où l’activité hydrothermale est inédite ou visiter un « jardin de poulpes » situé dans la baie de Monterey aux pieds du Mont sous-marin Davidson !


logo VidéoRetour sur 10 ans d’exploration du Nautilus en vidéo

Et pour tout savoir sur les campagnes 2019 du Nautilus, cliquez ici!

Lire la suite
Acanthostaurus purpurescens (acanthaire) © John DOLAN
15/04/2019
Du plancton qui « cultive » des algues C'est un cas de symbiose étonnant entre deux organismes planctoniques ! Il existe dans l'océan un organisme, l'acanthaire, qui exploite une micr...

C’est un cas de symbiose étonnant entre deux organismes planctoniques ! Il existe dans l’océan un organisme, l’acanthaire, qui exploite une micro-algue afin de profiter de son activité de photosynthèse. Des chercheurs ont récemment découvert comment fonctionne cette association.

Pour se développer, l’acanthaire,  un organisme zooplanctonique  absorbe une micro-algue photosynthétique (qui utilise la lumière du soleil pour produire de l’énergie), appelée Phaeocystis. Cette dernière continue alors de vivre à l’intérieur de son hôte. Cette relation est appelée symbiose.

Les chercheurs ont étudié ce phénomène au niveau cellulaire et en ont conclu qu’en réalité,  cette association ne profite qu’à l’acanthaire. Celui-ci « cultive » les micro-algues et les pousse à augmenter leur production d’énergie. L’acanthaire agit à la manière d’un agriculteur maintenant son « troupeau » d’algues sous contrôle,  afin de « récolter » les produits de la photosynthèse.

Comment ? C’est ce que l’étude nous révèle…

Lorsque l’algue est absorbée par l’acanthaire, elle subit une transformation radicale et probablement irréversible. Elle se met à produire énormément de chloroplastes (éléments permettant la photosynthèse) devenant ainsi une véritable usine à photosynthèse ! Par un procédé que les chercheurs étudient encore, l’acanthaire empêche l’algue de se diviser et donc de proliférer dans son hôte, dont elle devient prisonnière à vie.

Cette étude parue le 28 février 2019 dans Current Biology, associe des chercheurs français et allemands, du Centre Helmholtz pour la Recherche environnementale (UFZ), de l’Université Grenoble Alpes (UGA), du CNRS et du CEA.

Au-delà de la découverte, ces recherches pourraient être exploitées dans le domaine industriel, notamment dans la recherche d’applications destinées à optimiser la production d’algues pour la fabrication de biocarburants…

Lire la suite