Les Forces armées aux Antilles soutiennent une mission scientifique d’étude sismologique au large de la Martinique

18/12/2007

Le remorqueur côtier Maïto basé à Fort-de-France en Martinique a procédé entre le 9 et le 10 décembre 2007 à la mise à l’eau de six sismomètres de fond de mer dans le canal de la Dominique.
Mandaté dans le cadre d’une mission de service public, le remorqueur de la Marine nationale a accueilli à son bord une équipe de techniciens de l’IPGP (Institut de physique du globe de Paris) accompagnée de scientifiques de l’Observatoire de vulcanologie et de sismologie de Martinique. Durant six jours la mission scientifique tentera d’analyser les phénomènes sismiques liés au tremblement de terre qui a secoué l’Arc des Antilles le 29 novembre dernier. Les six sismographes appartenant à l’INSU (Institut des Sciences de l’Univers), sont gérés par l’IPGP et permettent d’enregistrer des vibrations à de très grandes profondeurs. Le Canal de la Dominique sépare la Martinique de la Dominique, la profondeur du passage entre les deux îles atteignant les 1400 mètres. Les appareils de mesures devraient rester sur le site pour une période de deux mois.
Le 29 novembre 2007, un violent séisme de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter, avait secoué la Caraïbe. Le tremblement de terre dont l’épicentre a été enregistré à une vingtaine de kilomètres au Nord-ouest de la Martinique avait provoqué des scènes de panique parmi la population. Au lendemain de la secousse, le bilan de la préfecture de Fort-de-France déplorait le décès d’une personne, une dizaine de blessés et faisait état de nombreux dégâts matériels.

Source : Marine Nationale
http://www.defense.gouv.fr/breves/les_forces_armees_aux_antilles_soutiennent_une_mission_scientifique_d_etude_sismologique_au_large_de_la_martinique


Les Forces armées aux Antilles soutiennent une mission scientifique d’étude sismologique au large de la Martinique

18/12/2007

Le remorqueur côtier Maïto basé à Fort-de-France en Martinique a procédé entre le 9 et le 10 décembre 2007 à la mise à l’eau de six sismomètres de fond de mer dans le canal de la Dominique.
Mandaté dans le cadre d’une mission de service public, le remorqueur de la Marine nationale a accueilli à son bord une équipe de techniciens de l’IPGP (Institut de physique du globe de Paris) accompagnée de scientifiques de l’Observatoire de vulcanologie et de sismologie de Martinique. Durant six jours la mission scientifique tentera d’analyser les phénomènes sismiques liés au tremblement de terre qui a secoué l’Arc des Antilles le 29 novembre dernier. Les six sismographes appartenant à l’INSU (Institut des Sciences de l’Univers), sont gérés par l’IPGP et permettent d’enregistrer des vibrations à de très grandes profondeurs. Le Canal de la Dominique sépare la Martinique de la Dominique, la profondeur du passage entre les deux îles atteignant les 1400 mètres. Les appareils de mesures devraient rester sur le site pour une période de deux mois.
Le 29 novembre 2007, un violent séisme de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter, avait secoué la Caraïbe. Le tremblement de terre dont l’épicentre a été enregistré à une vingtaine de kilomètres au Nord-ouest de la Martinique avait provoqué des scènes de panique parmi la population. Au lendemain de la secousse, le bilan de la préfecture de Fort-de-France déplorait le décès d’une personne, une dizaine de blessés et faisait état de nombreux dégâts matériels.

Source : Marine Nationale
http://www.defense.gouv.fr/breves/les_forces_armees_aux_antilles_soutiennent_une_mission_scientifique_d_etude_sismologique_au_large_de_la_martinique